vendredi 26 septembre 2014

Destruction des couches archéologiques du secteur historique de la ville d’Épinal


Les travaux d’installation du chauffage urbain à Épinal viennent de prendre un tour particulièrement critique en s’engageant dans le secteur historique de la basilique Saint-Maurice.

Les travaux réalisés il y a plusieurs semaines avaient probablement mis au jour le soubassement de l’hôtel abbatial place Saint-Goëry. Désormais, c’est la rue Thierry de Hamelant qui a été excavée sur deux mètres de profondeur et le réseau vient d’entrer sur la place de l’Âtre. En d’autres termes, la jonction entre la basilique et l’ancienne abbaye d’une part, le cimetière médiéval d’autre part, sont en train d’être traversés par de profondes tranchées.

Or, ces travaux sont réalisés sans aucune surveillance archéologique digne de ce nom. A priori, cela reste à confirmer, mais un premier sarcophage aurait été éventré sur le chantier (cliché) et les couches funéraires sont d’ores et déjà bouleversées.

 
La Société d’émulation du département des Vosges s’alarme de cette situation particulièrement dommageable pour la connaissance et la sauvegarde des richesses archéologiques d’une cité dont le cœur, vieux de plus de mille ans, est aujourd’hui à la seule merci des engins de terrassement.


Depuis bientôt 190 ans, notre société veille à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine archéologique et architectural – comme en témoignent les collections du Musée départemental auxquelles elle a largement contribué – et elle ne peut se résoudre à se taire face à ce saccage programmé. Qui, en effet, pouvait ignorer parmi les décideurs que le réseau traverserait ce secteur si sensible ? Qui pouvait croire que des tranchées de deux mètres de profondeur slalomeraient sans dégât entre les vestiges archéologiques ?


Si rien n’est fait, demain et les jours suivants, le cimetière médiéval d’Épinal continuera d’être attaqué. La Société d’émulation a fait son travail en prévenant à plusieurs reprises les autorités compétentes. C’est maintenant au tour des élus de prendre les mesures de sauvegarde qui semblent s’imposer.


                                                                     

                                                                  Le bureau de la Société d’émulation du département des Vosges

mercredi 3 septembre 2014

Conférence « L’entrée en guerre dans les Vosges, août-décembre 1914 »

Samedi 27 septembre 2014, à 15 heures
Bibliothèque multimédia intercommunale d’Épinal-Golbey (b.m.i.) - Entrée libre à tous


« L’entrée en guerre dans les Vosges, août-décembre 1914 »

Presse, images, propagande

Par Philippe Alexandre,
Professeur à l’Université de Lorraine,
Membre de la Société d’émulation du département des Vosges



Le centenaire de la Première Guerre mondiale a généré tant de publications, d’expositions et de manifestations de toutes sortes, qu’il paraît difficile de proposer des éclairages nouveaux sur cette période de quatre ans qui a profondément marqué l’histoire de l’Europe et par là même celle du monde entier. La Grande Guerre a laissé des traces peut-être plus durables, qu’elles soient matérielles ou morales, dans les régions situées sur le Front.


Le département des Vosges, région frontière depuis 1871, fut dès le début des hostilités particulièrement exposé.
L’histoire militaire française et allemande a longuement décrit la défense des cols du Massif vosgien, les affrontements qui ont eu lieu, en août et en septembre 1914, dans les vallées de la Meurthe et de la Mortagne, la bataille de la Chipote, celle de la Trouée de Charmes.
Les succès militaires obtenus ici, au prix de pertes humaines importantes et de grands dommages matériels subis par les villes et les villages de la zone des combats, ont permis de stabiliser le front et de remporter la victoire de la Marne.

Philippe Alexandre rappellera certes brièvement cet arrière-plan, les faits principaux de cette histoire militaire de la région lorraine qui s’inscrit dans la perspective plus large des guerres successives qui, au cours des siècles, ont opposé Français et Allemands. Mais le propos se concentrera ici essentiellement sur la culture de guerre. Les documents conservés à la Bibliothèque d’Épinal-Golbey et aux Archives départementales : les journaux, les périodiques, qui ont continué de paraître pendant les années du conflit armé, les arrêtés municipaux et préfectoraux, les cartes postales, les oeuvres de Maurice Barrès et de l’écrivain spinalien René Perrout, d’autres sources encore, permettent de se représenter ce que fut la vie d’une population directement touchée par les événements militaires, entre autres par les bombardements (artillerie, avions, zeppelins), fait nouveau caractéristique de la guerre moderne.

Toutes ces sources montrent aussi l’importance de l’information en temps de guerre, le rôle joué par la presse, les conséquences de la guerre pour l’activité économique, la vie scolaire, la vie religieuse. Elles permettent aussi de relativiser certaines idées reçues, entre autres celle de l’« union sacrée », de constater que le quotidien de la guerre n’était pas seulement fait d’actes héroïques.

Cette présentation est organisée conjointement par la BMI d’Épinal-Golbey et la Société d’émulation du département des Vosges.

L'Emulation sur Internet

Avec ce blog, la Société d'émulation du département des Vosges se dote d'un outil souple et léger au service de ses membres et de toutes les personnes qui partagent à un titre ou à un autre ses centres d'intérêt.

Pour le moment, il contient nombre d'articles et de pages sans contenu réel qui ne servent qu'à tester les possibilités de l'outil... et l'aptitude de son gestionnaire à s'en servir ! Ces contenus ont bien entendu vocation à disparaître rapidement.

A terme, on y trouvera :

- Les programmes des activités et les comptes rendus de celles-ci
- Des informations sur la Société elle-même, son histoire et ses projets.
- La liste de ses publications avec le détail de leurs contenus et un accès aux versions numérisées disponibles.
- Des liens vers d'autres sites institutionnels, associatifs ou personnels.

Ce blog, et c'est sans doute le principal avantage de cette formule, permet à tout lecteur d'intervenir en insérant des commentaires aux articles, en posant des questions, en engageant un dialogue dans l'esprit d'ouverture et d'inventivité qui reste celui de la Société depuis sa création.

Une rubrique Notice aide à maîtriser le fonctionnement de ce blog, au demeurant plutôt simple.

Le contenu sera d'abord alimenté progressivement en fonction de la disponibilité des personnes bénévoles qui s'en occuperont. Ensuite, c'est l'actualité de la Société et les interventions des lecteurs qui lui donneront son rythme et sa vitalité.

Chacun, à commencer bien entendu par les adhérents à la Société, est invité à donner son avis, à formuler des propositions, et pourquoi pas des critiques, même si elles ne sont pas "constructives" comme l'exigent ceux qui ne les supportent pas !